L'Ensemble Zellig - La Reine Blanche
2739
single,single-portfolio_page,postid-2739,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-2.7,wpb-js-composer js-comp-ver-4.1.2,vc_responsive
 

L’Ensemble Zellig

À propos

Tout au long de cette saison, nous vous donnons rendez-vous avec l’Ensemble Zellig pour des rencontres artistiques mêlant  musique, mise en espace, lecture de textes, lumières, chorégraphie

L’Ensemble Zellig est soutenu par le Conseil Départemental du Val-de-Marne et la Région Île-de-France. Il reçoit le soutien financier précieux de la SPEDIDAM, de la SACEM et de Musique Nouvelle en Liberté.

la-folie-et-son-double

Au miroir d’Artaud, Dubuffet, Hölderlin,  des musiques qui explorent avec méthode, avec rage mais aussi humour, l’expérience des limites.

La Folie et son double

En correspondance avec l’univers d’Antonin Artaud,  l’Ensemble Zellig propose un programme consacré pour partie au courant « primitiviste » de l’entre deux guerres issu du Sacre du Printemps et représenté ici par la « trilogie »  Stravinski-Varèse-Jolivet. On rappellera au passage les liens d’amitié entre André Jolivet et Artaud, et l’intérêt que portait Edgar Varèse à l’œuvre d’Artaud, à  qui il avait d’ailleurs proposé de collaborer pour un projet d’opéra.

L’autre perspective (liée d’ailleurs par plusieurs aspects à la première) explore ce qu’on pourrait appeler la « musique des limites ». La figure de Schumann, qui bouscula les frontières entre le génie  et la folie, est bien sûr emblématique. Mais une « vision » aussi saisissante et hallucinatoire que celle de Xenakis dans Charisma a paru tout aussi appropriée.

Dans une démarche esthétique plus expérimentale, les Brèves de Jacques Rebotier, qui mêlent poésie, théâtre et musique en un seul geste créatif, font preuve d’un humour que n’aurait sans doute pas désavoué Jean Dubuffet.  Le grand peintre antiacadémique et découvreur de l’art brut sera d’ailleurs également présent  en tant que compositeur, au travers d’une évocation de ses trop méconnues « expériences musicales ».

Programme :

 Erik Satie (1866-1925) : Gymnopédie n°1, pour flûte, clarinette et violoncelle (1883, (transcription  d’Etienne Lamaison), 3’

Igor Stravinski (1882-1971) : Trois Pièces pour clarinette (1918), 7’

Edgar Varèse (1883-1965) : Density 21,5 pour flûte (1936), 4’

André Jolivet (1905-1974) : Sonatine pour flûte et clarinette (1961), 10’

Iannis Xenakis (1922-2001) : Charisma, pour clarinette et violoncelle (1971), 5’

Jacques Rebotier (né en 1950) : Six Brèves pour musiciens parlants, pour flûte, clarinette et violoncelle (1989-1996), 10’

Jean Dubuffet (1901-1985) : D’après les Expériences musicales, pour instruments et accessoires divers (1961), 10’

Robert Schumann (1810-1854) : L’Oiseau Prophète (extrait des Scènes de la Forêt, 1849) pour flûte, clarinette et violoncelle (transcription d’Étienne Lamaison), 4’

Textes de Satie, Artaud, Dubuffet, Hölderlin.

 Ensemble Zellig

Anne-Cécile Cuniot, flûtes

Etienne Lamaison, clarinettes

Silvia Lenzi, violoncelle et viole de gambe

Ivan Morane, mise en espace et lecture des textes

Dimanche 16 avril à 17h30

Durée : 1h20

Grande salle 20 € / TR 15 € / Groupe 10 €

Réservation

les-2-ameriques4

Un voyage imaginaire avec Piazzolla, Villa-Lobos, Hemingway… Ce spectacle mêle littérature, théâtre, musique, fantasmes et réalités autour des Amériques.

Les Deux Amériques

Dans un bar d’Amérique sentant le tabac et le whisky, un client ayant largement profité des deux se prend pour Hemingway, Borges, Marquez et même Céline ! Ces textes lui font prendre les autres clients pour des musiciens qui le suivront dans son voyage imaginaire en lui faisant entendre Villa-Lobos, Piazzolla, Reich ou Lindberg… La réalité aura-t-elle raison de lui ? Où trouvera-t-il un moyen d’y échapper ? La musique aura le dernier mot !

Programme

Steve Reich (né en 1936) : Clapping Music, pour claquement de mains (1972), 5’
Steve Reich : New York Counterpoint, pour clarinette et bande (1985), 8’
Magnus Lindberg (né en 1958) Steamboat Bill Junior, pour clarinette et  violoncelle (1990), 9’
John Cage (1912-1992): A Flower, pour voix et violoncelle percussif (1950), 3’30
Astor Piazzolla (1921-1992) : 2 Etudes tanguistiques, pour flûte (1987), 6’
Heitor Villa-Lobos (1887-1959) : Assobio a Jato, pour flûte et violoncelle (1922), 11’
Flores Chaviano (né en 1946) : Danzon, pour flûte, clarinette et violoncelle 7’
Astor Piazzolla : Le Printemps de Buenos Aires pour flûte, clarinette  et violoncelle (1970), transcription d’Etienne Lamaison, 5’

Textes de de Borges, Céline, Hemingway, Amado, Garcia Marquez

Ensemble Zellig

Anne-Cécile Cuniot, flûtes

Etienne Lamaison, clarinettes

Silvia Lenzi, violoncelle

Carole Hémard, voix

Ivan Morane, lecture et mise en espace

Dimanche 18 juin à 18h30

Durée : 1h20

Grande salle 20 € / TR 15 € / Groupe 10 €

Réservation

Catégorie

Concert, Musique